Cérémonie du 11 novembre

Ces dernières années ont été marquées par les commémorations du centenaire de 14-18, notamment par deux cérémonies spéciales en 2014 et 2018.

Le centenaire de 1914

Une assistance nombreuse

En 2014, pour la commémoration du centenaire du début de la Première guerre mondiale, le conseil municipal d’Ajain a voulu mettre en lumière un aspect important et grave : la mise en place d’un camp de prisonniers, plutôt civils, au sein même de notre commune entre 1914 et 1919 dans le bâtiment du « petit séminaire » qui deviendra par la suite l’hospice et l’EHPAD. L’historien Daniel Dayen, ancien président de la Société des sciences naturelles archéologiques et historiques de la Creuse, a assuré une conférence de bon matin, mardi 11 novembre 2014 à 10h, avant la cérémonie elle-même qui s’est déroulée à 11h au monument aux morts. Vous retrouverez ci-dessous la quasi intégralité de la conférence. Un grand merci à Daniel Dayen.

Le centenaire de 1918

Le monument devant lequel nous sommes a été érigé au début de l’année 1923 suite à une souscription auprès de la population, vos ancêtres sûrement. Voici ce que dit la délibération de juin 1919, prise sous la direction du maire d’alors Jean Philippon :

« Dans un sentiment de pieuse reconnaissance envers les soldats de la commune morts pour la patrie le conseil à l’unanimité décide d’élever à leur mémoire un monument digne de leur sacrifice. Une souscription sera ouverte dans la commune, après quoi le conseil votera les sommes nécessaires ».

La souscription ayant rapporté 4249,50 francs de l’époque, il fut ensuite choisi parmi trois projets celui des Marbreries générales, entreprise basée à Paris. Le coût du monument fut de 19 000 francs, presque le double des sommes consacrées alors sur une année aux chemins vicinaux (près de 10 000 francs par exemple pour 1924). Le monument fut livré en gare de Glénic. Le transport depuis la gare de Glénic fut réalisé par un certain Jamet, tailleur de pierre à Bois-Lavaud qui assura également la pose et la maçonnerie nécessaire.

Le jour de l’inauguration du monument le dimanche 10 juin 1923, le conseil municipal s’était réuni en mairie avant l’inauguration. On peut noter ce symbole intéressant. Le conseil municipal aborda aussi ce jour là, pour la première fois le projet d’établissement d’un réseau de distribution d’énergie électrique qui ferait entrer Ajain dans la modernité alors même que le monument et la fin de la guerre marquait l’enterrement d’un certain passé, celui d’un village rural et paysan ravagé comme tant d’autres par des pertes humaines incroyables.

Share